Un jour = Une histoire improbable – La traversée de l’impossible

Hello 🙂

Jour 4 de mon défi : bon ok je n’avais pas précisé si j’allais écrire TOUS les jours ! En tout cas une nouvelle petite histoire improbable ou comment avoir la sensation de faire le Tour du Monde en restant en France 😅

Si tu as manqué toutes mes histoires depuis le début : ↠ vas voir par ici
——–

[JOUR4 : LA TRAVERSÉE DE L’IMPOSSIBLE]

Deux mois avant mon départ pour le Canada, j’ai perdu mes grands-parents. C’est le cycle de la vie et ils ont eu une vie très heureuse. Ma grand-mère est partie la 1ère et mon grand-père a suivi 15 jours plus tard. Quand tu as passé toute ta vie ensemble pourquoi ne pas aussi partir « ensemble ». Tels deux petits oiseaux qui s’envolent dans le ciel.

Pour rappel, je suis née et j’ai grandi à Auch dans le Gers [oui alors les blagues : « c’est HOT à AUCH » ou alors « Est-ce que t’es une fille HOT puisque tu viens d’Auch ? », je les connais !]. À cet époque, je vivais à Toulon soit 550 km plus à l’Est !

Quand j’ai appris que mon grand-père avait décidé de s’envoler, j’étais à Toulon. L’enterrement avait lieu 3 jours plus tard. Ni une, ni deux : j’ai pris des billets de train pour faire la traversée ! J’aurais pu y aller en voiture mais j’avais fait le trajet 15 jours plus tôt et c’est LONG en voiture !

La SNCF ou comment pouvoir écrire un livre d’aventures !

Ce que je ne savais pas encore c’est que j’allais vivre un périple digne de mon Tour du Monde.

J’avais réussi à avoir des billets de train la veille de l’enterrement. J’étais super contente car j’avais trouvé le trajet qui s’enchaîne bien : Toulon – Marseille en TER, changement Marseille – Toulouse Train Intercités et pour finir un dernier TER Toulouse-Auch ! Arrivée fin de journée à une heure très correcte ! C’est toute une histoire de traverser la France d’Est en Ouest ! Essaye, on en reparlera. Par contre pour aller à Paris c’est assez simple ! Souvent les lignes sont directes (je comprends pô !)

Le début de la galère

Jeudi 12h : me voilà sur le quai de la gare de Toulon ! Train à l’heure youpi (ce qui est très rare dans le sud-est). J’arrive à Marseille, j’ai un battement de 1h30 pour avoir mon train suivant. Je descends du train, je me dirige vers le panneau d’affichage = PAS DE TRAIN ! Il y a bien ceux pour Paris, Lyon mais rien en direction de Montpellier, Toulouse. Bon on va attendre 10 min, ça va peut-être arriver. 10 min passent toujours pas de train ! Hop, je passe en mode « c’est quoi ce bazar ? ». Je vais voir un contrôleur qui m’annonce qu’il y a un feu sur les voies entre Toulouse et Carcassonne et que tout le réseau sud-ouest : coupé !

Ma seule solution = passer par Paris ! Et à Paris je dois changer de gare donc traverser toute la ville ! Mais le dernier train pour Paris est parti y a 10 min (shit !). À ce moment-là, il doit être 14h de l’après-midi. Je regarde le contrôleur et :

  • moi : « Je dois être à Toulouse ce soir, j’ai un enterrement demain matin à 10h donc dites moi comment je peux faire ? « 
  • le contrôleur : « Impossible ! vous devez passer la nuit ici. Peut-être que demain matin le service sera rétabli. »

Mon cerveau a refusé la réponse du contrôleur.

Découverte de la géographie du sud !

Je commence à chercher sur l’appli BlaBlaCar = aucun trajet. Check sur l’appli SNCF = je ne trouve rien. Je me mets en mode « trouver une solution ». Je check sur les panneaux et je vois qu’il y a un train qui va jusqu’à Narbonne. Tant pis je tente ma chance. Narbonne me rapproche de Toulouse. Ce que j’ignore à ce moment-là c’est que c’est un TER et qu’il va s’arrêter à TOUTES LES GARES sur le chemin !

Le train est dans 5 min, je cours sur les quais. Je rentre dans le train en nage ! J’ai bien évidemment PAS échangé mon billet. Je me dis « FUCK OFF ». Je m’assois. Le train part, OUF! La petite voix douce et agréable nous annonce toutes les étapes du périple. Bordel ! Mais je suis où ! J’ai révisé ma géographie ce jour-là. C’était la 1ère et dernière fois que je prenais ce train. J’ai mis autant de temps que de faire Toulon-Toulouse en voiture soit 5h.

Pendant mon trajet, le contrôleur a été très gentil et ne m’a pas contrôlé (il n’avait pas intérêt parce que je pense qui y aurait eu des noms d’oiseaux ! Il aurait découvert la faune et la flore locale 😅). Il est passé pour nous expliquer qu’il n’y aurait aucun train entre Narbonne et Toulouse jusqu’à demain matin. Tant pis, je cherche sur BlaBlaCar un covoiturage entre Narbonne et Toulouse ! Bingo je trouve. Il part de la gare de Narbonne 30min après mon arrivée (théorique). Je me sens soulagée car je me rapproche petite à petit de mon but : AUCH !

Les routes de campagnes

Mon train a eu 45 min de retard à Narbonne ! 10 min avant l’arrivée en gare, la voix nous annonce qu’il va finalement jusqu’à Toulouse. J’assure mes arrières et prends l’option covoiturage. Heureusement, le covoitureur était très gentil et il m’a attendu. 21h45 me voilà installée dans une belle voiture direction Toulouse ! Ce que je ne sais pas encore c’est que CE N’EST PAS FINI !

On sort de Narbonne, on va pour prendre l’autoroute : FERMÉE ! Dans ma tête je me dis c’est une blague. Travaux sur la portion d’autoroute Narbonne-Carcassonne. Un trajet qui prend habituellement 2h-2h30 se retrouve à faire 3h30 ! Car on passe par les petites routes. De nouveau : révision de la géographie. Sauf que là, je vais arriver vers 1h30 à Toulouse. Mais, je fais comment pour aller à Auch ? Car là, c’est sûr y aura ni train, ni covoiturage.

Je pense que c’est la 1ère fois de ma vie que j’ai demandé à mon Père de venir me chercher à Toulouse. Je n’ai jamais voulu déranger mes parents et je me suis toujours débrouillée pour qu’ils viennent me chercher à moins de 15min de chez eux. Là, c’était 1h de route sans compter qu’il fallait venir me chercher au beau milieu de la nuit. Mon Père comprenant la situation = bingo il vient !

Arrivée à bon port !

Je suis finalement arrivée chez mes parents vers 2h30 du matin soit plus de 14h après mon départ de chez moi. J’étais vidée ! Mais tellement heureuse d’avoir atteint mon objectif. Parfois la vie nous mets des épreuves pour tester si nos actions sont faites avec le cœur. Ce jour-là, c’est mon cœur qui a parlé car il était hors de question que je reste coincée au milieu de la France. J’avais pu dire au revoir, en personne, à mon grand-père 15 jours plus tôt. Ce petit moment volé où on s’était retrouvé tous les deux ! Mais je voulais aussi lui faire une dernière révérence et lui dire qu’il pouvait partir en paix. Sans le savoir c’était aussi la dernière fois que j’allais voir ma famille avant 21 mois. Car après mon départ pour le « grand nord », je suis revenue que bien plus tard.

Avec le recul, je suis pleine de gratitude !

La leçon = ne jamais faire confiance à la SNCF ! Si un jour je t’invite à prendre le TER Narbonne-Marseille demande-toi si tu souhaites réviser ta géographie ? Ou découvrir des noms d’oiseaux ?😁

No Comments

Post A Comment