Un jour = Une histoire improbable – L’échec au bout du tunnel ?

Hello ❤

Jour 7 et dernier de mon défi de te raconter une histoire de ma vie. Si je te disais qu’il est totalement IMPROBABLE que je te raconte ses histoires par ECRIT !

Si tu as manqué toutes mes histoires depuis le début : ↠ vas voir par ici
——–

[JOUR 7 : L’ECHEC AU BOUT DU TUNEL ?]

A 6 ans, j’ai fait mon entrée, comme tout le monde, en classe de CP. Ce que je ne savais pas encore c’est que cette année serait le début d’une grosse souffrance qui m’a poursuivi durant de nombreuses années.
Un mois avant ma rentrée, mon frère avait débarqué dans nos vies. Mon Père décida de créer son entreprise et ma Mère essayait de s’occuper d’un nouveau né tout en assurant les arrières financières du ménage. Sur mon chemin, une institutrice peu empathique et pédagogique avait été envoyé du « ciel » pour rentrer dans une année « charnière » pour un enfant = l’apprentissage de la lecture.

Tout ces élements mis bout à bout on fait que = personne n’a VRAIMENT pris le temps de m’accompagner dans cette année. Surtout qu’une méthode, qui semblait être révolutionnaire, était enseignée : la méthode globale ! C’est-à-dire apprendre à lire par la mémoire photographique des mots.

Ce fut un échec total ! Voyant mes parents courir partout, à l’époque, je ne voulais pas faire de vagues. J’étais une petite fille très discrète. Il arrivait même parfois qu’on oublie ma présence dans une pièce car je ne voulais pas attirer l’attention. Durant toute l’année, je n’ai pas osé dire mon mal-être. Je n’ai pas osé dire que je ne comprenais pas, je n’ai pas osé dire que c’était une montagne pour moi. Plus les jours passés et plus le gouffre s’ouvrait sous mes pieds.

Le début d’un long parcours chaotique

Examen de fin d’année, le verdict tombe = VOTRE FILLE NE SAIT PAS LIRE ! Ça a été une douche froide pour ma Mère. Elle a beaucoup culpabilisé de ne pas avoir pris le temps de m’accompagner. Moi, j’ai beaucoup pleuré car je comprenais que j’allais perdre mes copines. J’ai dû redoubler mon CP. Pour m’éviter de voir mes amies avancées plus vite que moi, mes parents ont fait le choix de me changer d’école. Je leur dis MERCI ! Car j’ai pu me reconstruire petite à petite dans ma nouvelle école. Et trouver une enseignante a l’écoute de mes besoins.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais ça a été le début d’un véritable ENFER. Je n’ai jamais été diagnostiqué mais je le sais aujourd’hui : je suis dyslexique. Pour moi les v et f ne font qu’un ! Écrire un texte comme je t’écris aujourd’hui, ça me prends environ 3h ! Oui 3h, car mon cerveau a plus de facilité avec les chiffres qu’avec les lettres.

Mon parcours scolaire a été très compliqué car je n’étais ni bonne, ni mauvais. J’essayais tant bien que mal de maintenir ma tête sur la ligne de flottaison. Pourtant Dieu sait l’amour que j’ai pour les livres : policier, bd, science-fiction, roman, nouvelle, amour, aventure. Je pouvais lire caché sous mes couvertures durant des heures. En dictée, je pouvais avoir des -20 ! Oui tu as bien lu -20 ! Je ne dormais pas de la nuit quand je savais que le lendemain il y avait une dictée.

J’ai terminé mes études en REDOUBLANT ma terminale et en passant 2 fois mon BAC (à chaque fois au rattrapage !). La boucle était bouclée et ma souffrance pouvait commencer à diminuer.

Nous sommes tous UNIQUE

Quand un enfant est en échec scolaire, pose-toi la question : POURQUOI ? Ce n’est pas parce qu’il est NUL ! Ce n’est pas pas parce qu’il N’A PAS les compétences. C’est peut-être tout simplement parce qu’il n’est pas soutenu, accompagné ou que la méthode n’est pas adaptée à son mode de fonctionnement. NOUS SOMMES TOUS unique ! Une méthode qui fonctionne pour la majorité des gens, ne veux pas dire qu’elle est efficace à 100%.

L’année dernière, à mon tour j’ai enseigné à un enfant de 12 ans autiste à lire ! Il a une forme d’autisme qui fait que les lettres sont difficiles pour lui. Ça a été mon plus beau cadeau et ma plus belle victoire. Je dis pas que ça a été facile, mais je l’ai accompagné. J’ai été à son rythme. Il n’aura jamais le goût des livres car ça lui demande un effort surhumain. Mais au moins, il est capable de lire les messages importants : panneau de circulation, message sur les restrictions. Il pourra être « un peu » autonome. Car on ne réalise pas à quel point les LETTRES font partie de notre quotidien.

Pendant longtemps écrire a été une angoisse et pourtant J’ADORE ça ! Je sais que je n’écris pas du Molière, du Hugo ou du Musso. Mais peu à peu en partageant mes histoires PAR ÉCRIT, je dis à la petite fille de 6 ans = TU VOIS, ON Y EST ARRIVÉ ! Je sais qu’il y a des fotes dortografe dans mes textes 😅 Je sais qu’ils ne sont pas parfaits. J’espère qu’ils font au moins sourire une personne.

Une victoire pour moi d’écrire ce texte

Je ne cacherai pas que j’ai versé des petites larmes en écrivant ce texte, car je viens de mettre au grand jour une de mes plus grandes blessures mais qui se guérit avec le temps. Et de te partager aussi : ce n’est pas parce qu’on est parti avec les mauvais outils dans la vie qu’on ne peut pas en trouver des nouveaux en cours de route. Nous sommes les seuls maîtres à bord de notre navire et les seuls à savoir ce qui est bon pour nous.

N’aies pas peur de vivre tes rêves, ils te donneront bien plus de force que tu ne l’imaginez ! Et pourquoi pas un jour, écrire mes histoires en BD ou en roman. 😉

Merci d’avoir lu mes petites histoires, merci d’avoir été fidèle. Dis moi en commentaires si tu veux encore plus d’histoires car ma vie est TOTALEMENT IMPROBABLE 🙃

Je t’embrasse, prend soin de toi 🥰😘

A toi de trouver sur la photo la petite fille de 5-6 ans ! Elle était déjà bien « fière » d’elle à l’époque même si elle avait ses propres blessures 🥰

No Comments

Post A Comment