Montréal, me voilà !

Montréal, me voilà !

Comme on dit : y a que les c… qui ne changent pas d’avis ! Avant de partir, je répétais à longueur de journée  : “NON, je ne vais pas à Montréal car je veux améliorer mon anglais”. Finalement, après quelques jours passer à Toronto : j’ai migré vers cette belle ville….

– Mais mais mais tu vas avoir froid ! T’imagines il fait – 40°C l’hiver…
– Il faut bien vivre des expériences dans la vie ! Et tout ce qui ne tue pas rends plus fort 🙂

J’ai la chance d’avoir un petit réseau d’ami.e.s qui vivent ou qui ont vécus à Montréal et qui m’ont gentillement accueillis durant quelques jours avant d’occuper une chambre en auberge de jeunesse. Je vous conseil fortement ce mode d’hébergement quand vous êtes en voyage, c’est dans ce genre de lieu qu’on rencontre de belles personnes. Et non ! Ce n’est pas réservé qu’aux jeunes 😉

Trouver sa coloc !

Je me suis vite mise à la recherche d’une colocation, car l’hiver arrive à grand pas et que c’est bien d’avoir un toit pour faire fasse au blizzard.
Pour les futurs pvtistes qui sont ou seront dans ma situations, voici la liste de sites que j’ai utilisé pour trouver mon petit toit :

 

J’ai trouvé la mienne du premier coup !

 

 

Et le taf ? Ça se passe comment ?

1 – J’ai commencé par régulariser ma situation.

Car oui, j’avais bien en poche mon permis de travail ! Mais avant de frapper aux portes d’un futur patron, il faut avoir un numéro NAS.

Un quoi ??? NAS = Numéro d’Assuré Social, notre sécurité française. Pas de sécu, pas de taf ! C’est similaire à la France.

Rien de plus simple, il faut vous rendre près d’un Bureau de Service Canada muni de votre passeport, de votre permis de travail et d’une adresse (celle de l’auberge peut être prise en compte). La démarche en elle-même prend très exactement 10 mn, et vous repartez avec votre numéro de “sécu”.

Sur place, j’ai passé 30 mn car il y avait un peu de monde avant moi.

2 – Ouvrir un compte en banque !

– Ben pourquoi faire ? T’en as pas un en France ?

– Ah si, j’en ai même deux !

Mais c’est rassurant pour les futurs patrons de savoir que vous voulez vous intégrer. D’autre part, en terme de frais bancaires (sur les paiements et les retraits) c’est plus avantageux d’avoir un compte canadien.

Pour ma part, j’ai choisi la Banque Nationale du Canada car elle est présente dans tout le pays et que je souhaite par la suite migrer vers la côte ouest (comme les pigeons voyageurs 😂 ). Elle a aussi un programme pour les “Nouveaux arrivants” qui vous permet de bénéficier des services gratuits pendant 1 an et tarif préférentiel les deux années suivantes. Soit un programme de réduction sur 3 ans.

3- Avoir un numéro de téléphone canadien

Idem que le NAS, pas de téléphone = pas de job. Les canadiens sont très nationalistes et ils apprécient que tu fasses l’effort d’intégration. Si tu es arrivée depuis quelques heures sur le sol canadien, court vite acheter une carte SIM.

Tu as des cartes prépayées de 25$ comprenant les appels illimités et l’envoi de SMS (pas de data) pour un mois. Le coût de la carte SIM est de 10$.

Ensuite tu as les forfaits classiques : appels illimités / SMS / 6Go de data pour 49 $ / mois.

Je me suis vite rendu compte que nous avions beaucoup de chance en France, car ici les données mobiles sont chères et tout est en option : répondeur, affichage du numéro pour les appels entrant, etc. Par contre, le WIFI est facile d’accès. Tu en trouves PARTOUT !

Me voilà prête pour inonder les entreprises de mon CV ! Je vous raconterai comme j’ai trouvé mon job de rêve (ou pas).

La suite au prochain épisode mes petits Caribous 🙂

Postes un commentaire