J’ai testé : le voyage chamanique !

J’ai testé : le voyage chamanique !

Il y a un an jour pour jour, je n’aurai pas pu vraiment vous partager les lignes qui vont suivre. Cependant, voici mon dernier article pour cette année 2018. Année qui a été une vraie porte ouverte, pour moi, sur la spiritualité ! 

Comment j’en suis arrivée à m’intéresser au monde “spirituel” ? Et bien petit à petit, par mes nombreuses rencontres et expériences. Je m’aperçois de plus en plus que les choses “n’arrivent pas par hasard”. Si elles sont là : c’est qu’elles devaient être sur votre chemin ! Soit pour vous aider à prendre une nouvelle direction ou peut-être pour vous réorientez si vous vous êtes perdu.

Le commencement !

Virginie Dardenne : Yoga Time sur le Mont Royal - Montréal Canada

Virginie Dardenne : Yoga Time sur le Mont Royal – Montréal Canada

Peu de temps avant de partir au Canada, j’avais commencé à m’intéresser aux médecines “alternatives” : ostéopathie, acupuncture, massage énergétique, naturopathie. J’ai dû constater que, après ses différentes expériences, des éléments avaient changé en moi. Ces éléments étaient subtils mais au fil des jours, je sentais que mon corps réagissait de manière différente.

Je faisais  aussi très régulièrement de la méditation et du Yoga. Ces deux disciplines sont aussi une première étape à l’ouverture à la spiritualité. Car plus vous faites de la méditation, plus vous rentrez à l’intérieur de votre corps. Après mes 10 jours de retraite, j’étais stupéfaite de toutes les petites sensations que nous pouvions avoir sur notre peau mais aussi à l’intérieur (battement du cœur, respiration, etc.).

Les rencontres

En testant ces médecines alternatives, le yoga et la méditation j’ai commencé à ouvrir mon esprit “cartésien”. Car oui, il faut savoir que je suis le genre de nana “matheuse” : 1+1 = 2 !

En arrivant au Canada, ma route a rencontré des personnes qui m’ont un peu plus ouvert mon esprit et qui m’ont invité à réaliser mes propres expériences. C’est ce que j’ai fait !

Notamment une amie qui venait de finir une formation chamanique et de vivre le Vipassanā. Elle m’a encouragé à faire cette retraite de 10 jours dans le silence, ce qui a été le point de départ à beaucoup de choses ! Car s’ouvrir à la spiritualité, c’est devenir le “centre” de l’expérience. Beaucoup de personnes pourront vous relater ce qu’ils ont vécu. Tant que vous-même vous n’avez pas fait cette expérience : vous ne pouvez pas être certain de cette réalité.

Je suis prête à tester une nouvelle expérience !

Vous l’aurez donc compris mon ouverture c’est faite progressivement à étant au cœur de l’expérience ! Les lignes qui vont suivre sont “ma propre” expérience. Je ne dis pas que c’est une vérité absolue. Pour pouvoir vous faire votre propre opinion : je vous invite à être, vous aussi, au cœur de l’expérience.

Le chamanisme a toujours été quelque chose qui m’intriguait. Surtout depuis que j’ai réalisé un long voyage en Amérique Latine. J’avais fait la rencontre d’un chamane près du Machu Picchu qui m’avait particulièrement marqué. Mon amie m’ayant raconté la formation qu’elle avait vécue à Montréal : j’ai décidé de sauter le pas ! Début juillet, je m’inscrivais pour mon “initiation au voyage chamanique“. Ma formation a eu lieu fin septembre durant 2 jours. Depuis, je me sens comme reconnecté avec la terre et les éléments qui nous entourent !

Le chamanisme, la porte ouverte à la reconnexion à la nature

Un peu d’histoire

Si nous prenons “une” définition du chamanisme, c’est une pratique de méditation qui permet de se connecter avec différents types d’esprits : les animaux, la nature, les défunts et j’en passe. Les premières traces de chamanisme ont été découvertes en Sibérie et sembleraient remonter, selon certains archéologues, à l’époque paléolithique. Il a été trouvé, par la suite, des traces en Asie, en Amérique (Nord, Sud et Centre) ainsi que dans différentes civilisations à travers le monde.

Les chamanes sont des guérisseurs qui maintiennent l’équilibre spirituel, environnemental et social de leur communauté. C’est la communauté qui proclame le guérisseur en tant que chamane et non l’inverse.

Les idées reçues

Beaucoup pensent que les chamanes doivent prendre des substances pour “rentrer en transe”. Ce n’est pas une vérité absolue cela va dépendre des traditions de la communauté. Par exemple, en Amérique Latine c’est le cas. La plupart des chamanes utilisent des substances hallucinogènes pour pouvoir se connecter aux mondes parallèles. Dans de nombreuses civilisations, la simple utilisation du tambour suffira pour réaliser un voyage chamanique.

Ce que j’ai appris

Notre cerveau fonctionne sur différentes vibrations. Des chercheurs ont réalisé des expériences qui ont permis d’arriver à ses conclusions. Durant ma formation, mon enseignante chamane nous a appris à quoi correspondaient ses vibrations et surtout comment nous allions pouvoir les utiliser pour réaliser nos voyages chamaniques.

Voici les différentes ondes de notre cerveau :

  1. Delta qui correspond au sommeil profond, sans rêves.
  2. Thêta qui est celle de la relaxation profonde, en plein éveil, atteinte notamment par les méditants expérimentés.
  3. Alpha qui est celle de la relaxation légère et de l’éveil calme.
  4. Bêta qui correspond aux activités courantes. Soit notre vie de tous les jours quand nous somme éveillés.

Dans les voyages chamaniques “sans substances”, nous utilisons les ondes thêta. Pour y parvenir, nous nous aidons d’un tambour. En effet, les vibrations du tambour vont nous permettre de rentrer en transe et pouvoir nous plonger dans une méditation expérimentale.

Le chamanisme distingue 3 mondes :

  • celui d’en haut : qui est le monde directement relié à la spiritualité.
  • le monde du milieu ou le monde ordinaire : qui est le monde dans lequel nous vivons.
  • celui d’en bas : qui est le monde rattaché directement à la terre.

Durant le voyage, nous décidons d’aller dans un de ces 3 mondes. Oui, nous pouvons aussi aller dans le monde du milieu pour percevoir des éléments qui ne sont pas visibles à l’œil nu. Ce type de voyage est souvent pour des personnes pratiquant les voyages depuis un certain nombre d’années.

Comment se déroule un voyage chamanique ? Et quel est le but du voyage ?

Pour moi, j’assimile les voyages chamaniques à une méthode de méditation. Le but d’un voyage est de poser une question, du moins dans l’initiation. Si je continue ma formation, les voyages me permettront de réaliser des soins spirituels sur des personnes qui souhaitent que je leur fasse un soin. En chamanisme, nous ne réalisons aucun voyage ou aucun soin si la personne pour qui nous voulons le faire ne nous a pas donné l’autorisation.

1ère étape : la préparation

Nous préparons la pièce dans laquelle nous allons réalisé notre voyage en brûlant de la sauge ou du paolo santo. Nous invitions les esprits à nous accompagner durant notre voyage afin de nous permettre de trouver les réponses à nos questions. Cette étape est assez importante afin de les remercier de rentrer dans leur “monde”. Nous appelons ça : ouvrir le cercle.

Nous réalisons le voyage allonger sur un lit ou au sol sur un tapis de yoga. Nous devons nous sentir bien comme durant une méditation. Pour ma part, je prends toujours mon petit plaid pour me sentir bien au chaud. Nous utilisons un bandeau sur les yeux afin de ne pas être “tenté” d’ouvrir les yeux durant la méditation mais aussi pour éliminer toutes perturbations lumineuses.

2ème étape : le voyage

Si nous sommes avec d’autres chamanes, l’un d’entre eux va utiliser son tambour (sinon on utilise des enregistrements quand nous sommes seuls). Aux premières notes du tambour, nous sommes donc allongés avec notre bandeau. Nous devons penser à un point de départ qui sera aussi notre point de retour. En fonction de notre choix (aller dans le monde du haut ou du bas), nous allons nous visualiser en train de monter ou descendre. Pour ma part, j’ai beaucoup de difficulté à aller dans le monde du haut. À croire que je suis une fille plus “terre à terre” 😀 !

À un moment, nous allons avoir la sensation de ne plus pouvoir descendre au monter. Ce que nous voyons est propre à chacun. Certaines personnes peuvent voir un paysage merveilleux d’autres, comme moi, voient du noir ! Seulement du noir. À partir de ce moment-là, nous allons demander de l’aide à nos animaux de pouvoirs (ou totems c’est identique). Chaque voyage va nous permettre de poser une question soit pour nous-mêmes soit pour une tierce personne. Si c’est pour une tierce personne, nous devons avoir son autorisation et la question qu’elle souhaite qu’on pose.

La question doit être ouverte. C’est-à-dire que nous ne pouvons pas poser une question qui attend une réponse par oui ou non. Par exemple, nous pouvons demander : Y-a-t-il un message pour moi aujourd’hui ? ou bien : dans quel domaine professionnel, je serai le plus épanoui ? Si c’est pour une tierce personne, nous devons avoir eu un premier contact avec elle si nous ne la connaissons pas personnellement. Pour la question, nous citons son prénom afin de bien cibler les éléments de réponse.

3ème étape : les éléments de réponses

Durant le voyage, nous allons avoir plusieurs manifestations : nous pouvons avoir des sensations par exemple avoir le sentiment d’être dans un lieu en particulier (au bord de l’eau, ou sur une plage 😀 ), avoir des sensations physiques (cœur qui palpite, picotement, envie de pleurer, etc.), des visualisations comme des images bien précises. Vous pouvez vous dire que c’est juste notre imagination. Comme je l’ai dit plus haut : vous seul pouvez faire l’expérience pour savoir si c’est notre imagination ou bien une “méditation expérimentale” 🙂 .

4éme étape : le retour et l’interprétation

Pour sortir de notre voyage, nous allons avoir un signal avec le tambour. Car oui, n’oublions pas durant toute la méditation le tambour est présent pour plonger notre cerveau dans les ondes thêta. Le signal accélère le rythme et nous devons retourner à notre point de départ pour bien indiquer à notre cerveau que nous sommes revenus dans le monde ordinaire.

Nous notons sur un papier toutes les sensations et visualisations que nous avons pu avoir durant ce voyage. Le voyage dure environ 15 min, il peut exister des voyages plus ou moins loin. Si nous avons fait le voyage pour une tierce personne, nous n’interprétons pas la réponse. Nous apportons toutes les sensations que nous avons eues à la personne mais c’est à elle d’en faire son interprétation.

De manière général, il est plus facile de voyager pour une autre personne que pour nous même.

Mon retour d’expérience

Depuis ma formation, je réalise régulièrement des voyages pour moi ou mon entourage. Ces voyages ne règlent pas forcément “nos problèmes” mais permettent d’avoir un nouvel angle de vue à une problématique.

Ils me permettent aussi de me reconnecter à des coutumes que nous avons mis de côté : les rituels, les cercles de partages, … Je réalise une fois par mois un cercle chamanique avec mon enseignante chamane. Nous sommes entre 15 et 25 personnes par cercle et durant ces soirées nous partageons nos expériences mais nous faisons aussi des soins collectifs. Je suis devenue de plus en plus sensible au lien que l’Homme peut avoir avec la nature et les animaux. Je souhaite poursuivre ma formation et je m’intéresse de plus en plus à l’importance de préserver le chamanisme dans notre société actuelle.

À l’heure de l’urgence écologique, il est peut-être intéressant de se reconnecter à notre Terre Mère et de remettre en place des coutumes peut-être perdues. 🙂

 

Partagez

Comments (2)

  1. Laura

    Merci pour cet article, c’est super intéressant !
    En Amérique du Sud, tout ça m’a intriguée mais je n’ai rien testé. J’ai hâte d’y retourner pour me rapprocher de tout ça.

    1. Virginie

      Peut-être que cette fois-ci j’arriverai à te rejoindre ! En tout cas le seul petit conseil que je puisse donner c’est de faire une initiation juste à l’aide du tambour sans prendre de plantes à côté. Car déjà ça c’est très puissant 🙂

Postes un commentaire