Ce mal qui ronge de l’intérieur…

Ce mal qui ronge de l’intérieur…

La planète vit une période de troubles. Les tensions politiques, les changements climatiques, les catastrophes naturelles à répétition et cette menace au-dessus de notre tête que tout pourrait “s’effondrer” très bientôt.

Je ne sais pas vous mais avec tout ça : je ne me sens plus dans mon élément.

Sur le papier tout est parfait

Comme le dit le titre, sur le papier : ma vie est parfaite !

J’ai réussi à obtenir mes papiers pour pouvoir rester au Canada (ça a été mon combat pendant 2 ans !). Je travaille pour une petite agence de design super-cool. J’ai une coloc au top avec qui je rigole bien. Ok, je n’ai pas de chéri mais je me dis qu’il va bien finir par tomber du ciel. Quoique ça fait mal de tomber du ciel ! Pas sûr que je l’ai en un seul morceau 😁

Malgré tout ça, j’ai un mal au fond de moi qui me ronge petit à petit. Ce sentiment de ne pas être à ma place, d’être un imposteur. Tout ce que je mets en place, j’ai la sensation que ce n’est pas légitime. Qu’il n’y aura aucun résultat et que tout ce que je fais c’est du “bullshit”. Comme si toute l’expérience que j’avais accumulée ces dernières années étaient partie en fumée et que j’étais dans le corps de quelqu’un d’autre qui ne savait pas ce qu’il fait.

Et si le mal était ailleurs ?

J’ai de plus en plus de difficulté à me lever le matin. Ma copine “tristesse” m’accompagne une partie de ma journée. Je regarde souvent dans le vide en me demandant “mais pourquoi je suis là ?”. Mes copains mouchoir ne sont pas très loin non plus, car il n’est pas rare qu’une montée de larmes me prenne par surprise.

Et si le mal était ailleurs ? Si cette chose qui est en moi et qui me mange de l’intérieur était tout simplement un éveil. L’éveil qu’il est temps de sortir de ce système, de penser le monde différemment, d’arrêter de vouloir se tuer au travail.

La phrase qui me revient tous les matins : je ne veux plus travailler. Et c’est vrai ! Je ne veux plus travailler comme la société nous l’impose. Pourquoi devrions-nous être enfermés 8h par jour dans un bureau devant un écran ? Car, nous devons constater qu’aujourd’hui la grande majorité des jobs : c’est devant un écran.

Revenir à des valeurs simples ?

Mon monde idéal : ça serait de pouvoir faire des ACTIVITÉS et ne plus TRAVAILLER ! C’est-à-dire revenir à des choses essentielles comme apprendre : à cultiver, la poterie, l’ébénisterie, la couture, le tricot, la cuisine, la peinture, l’art, et j’en passe.

Voilà ce que je vois quand je ferme les yeux et que j’écoute mon cœur. Il veut revenir à des choses simples dont je me suis totalement déconnectée.

Quand j’étais enfant, j’ai eu cette chance d’être gardé par une grand-mère “peu ordinaire”. Tous les mercredis elle nous embarquait moi et mon frère à la bibliothèque. On pouvait y passer des heures à y chercher des livres ou à jouer à cache-cache. La plupart des livres que je ramenais étaient sur le bricolage. Très vite elle m’a appris à faire de la couture (elle était couturière ça aide). Je fabriquais les robes de mes poupées. Mon grand-père m’a donné le goût pour les miniatures et le bois. J’étais si heureuse de passer des heures à tester, apprendre, toucher la matière. C’était une telle découverte.

Je pense que nous avons tous besoin de revenir à des choses simples et faites par nous-même car nous avons perdu la valeur des choses.

En ce moment, je fais une écharpe pour mon coloc ben “Pu**** ! Qu’est-ce que c’est long !”. L’industrialisation nous a fait oublier le temps passé à réaliser les objets, les vêtements et tout le reste. Nous avons voulu la facilité mais nous sommes prisonniers de cette évolution car nous sommes MALHEUREUX.

Prisonnière ?

C’est le sentiment que j’ai en ce moment. D’être prisonnière d’un système que je continue à alimenter. Car il est là, mon véritable mal qui me croque. J’alimente toujours cette machine infernale qui est lancée à grande vitesse. Mon corps souffre physiquement de cette bataille mentale qui se passe dans ma tête.

Devoir “gagner ma vie” pour vivre = Vouloir “quitter le système” pour vivre.

Qu’est-ce que je dois choisir ? Certains me diront = Fonce quitte tous ! Malheureusement ce n’est pas aussi simple. Car je suis en situation d’immigration qui m’impose un grand nombre de contraintes. Je ne suis pas encore libre de faire ce que je veux au Canada (je dois patienter encore 2 ans !).

Mes chaînes sont donc mon visa de travail. Et vous ? Si vous êtes dans le même mal que moi, vous devez aussi avoir vos propres chaînes ? Car nous en avons tous.

Une maladie ? Une peur ?

Est-ce que je souffre d’éco-anxiété ? Peut-être.

Mais je pense que c’est bien plus profond que ça. Nous ne voulons plus être traités comme des esclaves du système capitalisme. D’être en train de courir après la carotte qui n’arrivera jamais. On a bien trop peur de parler de ces sujets car on passe pour le “dépressif” ou “la fille qui n’est pas stable émotionnellement”.

Je crois qu’au contraire, il est important d’en parler au tour de nous. De ne pas se cacher dans sa chambre ou dans les toilettes pour ne pas faire de vagues dans la société. Je pense qu’on devrait tous dire haut et fort : NON je ne vais pas bien, NON je ne veux plus me tuer à petit feu pour une retraite que je n’aurai pas car on le sait TOUS : LES CAISSES SONT VIDES !

Il est temps qu’on n’ouvre les yeux et qu’on change tout ça.

Ok, c’est sympa ton article Virginie mais comment on sort du système ? Moi-même je l’ignore. En ce moment, ce qui résonne en moi c’est de partir. Partir explorer les contrées lointaines pour découvrir des communautés autonomes, pour apprendre à faire par moi-même, pour découvrir “peut-être” des civilisations perdues, des cultures et rites oubliés et qui pourtant pourraient nous aider dans la transition que vit le monde actuellement.

Car oui nous sommes TOUS en pleine transition à différentes échelles mais il est temps que la vapeur soit inversée. Que ce système pyramidal, dans lequel nous vivons, s’effondre. Car c’est de lui dont on parle : la pyramide n’a plus sa place. Il est temps de penser à d’autres formes comme le cercle ou bien voir à l’horizontale plutôt qu’à la verticale.

Et vous quel est le mal qui vous ronge ? Que voyez-vous quand vous fermez les yeux et que tout est possible ?

N’hésitez pas à partager vos propres expériences ou votre réflexion sur ce sujet en commentaire ⬇ je me sentirai moins seule 😅

Prenez soin de vous, personne ne le fera à votre place 😉

Postes un commentaire