Ce jour ou… mon corps a lâché !

Fjord Saguenay Québec

Ce jour ou… mon corps a lâché !

Le sujet est devenu un sujet de société mais je vais vous partager une expérience qui aujourd’hui est devenue un peu “banale” : le burn-out !

Décembre 2013, cela fait plus de 3 mois que je suis rentrée en France après avoir vagabondé durant une année “sympathique” sur les routes du monde. Le retour à la vie “normale” n’a pas été aussi simple que ça et la claque a été bien plus douloureuse que prévue.

Le jour ou tout bascule

C’est un jeudi matin, tranquillement dans mon bureau, mon directeur rentre en colère ! Je ne pourrai même pas dire qu’elle était le sujet de la conversation mais sans le savoir mon cerveau vient de passer en mode survie ! 10 min plus tard, un collègue me ramène chez moi = mon corps vient de me lâcher. Il tremble, il grelotte, la fièvre monte. Dans la voiture, je m’écroule… Les larmes coulent sans comprendre pourquoi. Mon ami ne sait pas vraiment quoi faire, il pense que j’ai un début de grippe et que j’ai juste besoin d’une bonne soupe et de repos.

Mon métier : chef de projet web ! Je travaillais dans une petite agence de communication. Mes heures = je ne les comptais plus et je ne rentrerai pas dans le détail du reste.

Le verdict est sans appel = Je viens de faire un burn-out ! Sauf que, à cette époque, nous sommes au tout début de cette vague qui déferle aujourd’hui. Mon médecin ne comprendra vraiment pas ce qui se passe. Je le supplie de me mettre en arrêt-maladie pour une semaine. UNE SEMAINE de cauchemar, les larmes ne s’arrêtent plus : jour et nuit. Mon corps est en mode “foetus”, je peine à me lever de mon lit. J’ai coupé le téléphone, je ne veux voir personne, parler à personne. L’idée de la reprise est insurmontable ! Je crois vivre un enfer. Je ne sais pas ce qu’il m’arrive. Les jours passent et je comprends que je vais devoir prendre UNE décision : Je dois démissionner !

Panique à bord ! Comment je vais m’en sortir ? Je vis seule, je n’ai plus d’économie suite à mon tour du monde, j’ai un crédit à payer et le reste des factures.

Le début du vagabondage et de la dépression…

De retour au travail, je demande à avoir un entretien le jour même. Ce soir-là, je suis rentrée soulagée : ma demande de rupture conventionnelle a été acceptée. Cependant, il y a un prix à payer => rester 3 mois de plus ! La libération n’est pas pour de suite et le chemin vers la lumière sera long, très long.

Incompréhension de son entourage

Quand vous rentrez de 12 mois de voyage, la pilule a du mal à passer auprès de vos proches. Ils ne comprennent pas vraiment ce qui vous arrive et vous encore moins. Vous rejetez toute la société. Vous ne voulez plus voir le monde tel qu’il est ! Vous souhaitez qu’une chose : repartir au fin fond de l’Amazonie vivre de pêche dans une hutte (oui oui j’ai connu ça ! #mondedesbisounours). Malheureusement, la réalité vous rattrape et les factures aussi.

C’est une passade ! Ça ira mieux demain

Très vite la panique de se retrouver sans emploi prend le dessus. Dans ma tête, je me suis dit “bon cocotte, c’est peut-être juste parce que tu n’es pas dans la bonne agence. Il te suffit de changer” ! Hop hop, je réponds à 2 ou 3 annonces. Ma rupture n’étant même pas encore terminée que je retrouve un poste similaire dans la même région ! LA VIE EST BELLE, mon futur boss aller super-cool ! (et il était !) #mondedesbisounoursbis

La chute sera lente

Et bien non, ce n’était pas une question d’agence mais bien une question que J’ÉTAIS arrivée au bout ! Mon corps n’était plus capable de se lever. À la fin de ma période d’essai, je suis partie. J’ai tout lâché et je me suis retrouvée au chômage. J’ai continué à croire pendant quelques mois que je pouvais encore travailler dans le web. Mais rien que le mot “site internet” me donnait la nausée. J’avais des réactions physiques qui dépassaient ma compréhension. Des douleurs dans tous le corps, des crises de larmes devant mon miroir, des insomnies, une prise de poids, une perte de poids, des troubles de digestion et j’en passe.

J’étais tellement perdue et incomprise. Personne n’avait connu ça au tour de moi et je ne savais pas à qui vraiment confier tout ça. J’en parlais à ma famille et mes amis mais ils pensaient que j’avais été “happée par une secte durant mon voyage et que mes idées n’étaient plus claires”. L’été 2014 a été une lente traversée du brouillard. Je ne savais plus vraiment qui j’étais. Est-ce que ma place était encore là ? Est-ce que finalement, je ne devais pas tout quitter pour vivre de l’autre côte de la planète ? 10 milliards de questions dans ma tête. Mais pourquoi ? pourquoi moi ? qu’est-ce qu’il m’arrive ? est-ce que je devenais folle ? C’est donc ça la folie ?

J’ai dû toucher le fond pour pouvoir remonter !

La reconstruction : l’entrepreneuriat

J’ai passé l’été dans ma famille, je suis retournée aux “sources”. Je pense que ça m’a permis de me reconnecter à mon MOI intérieur même si ça a été très dure ! À la rentrée 2014, mon brouillard était toujours devant mes yeux. Cependant, un après-midi ma vie a basculé.

J’avais rejoint un ami à une terrasse de café, place de l’Opéra à Toulon. Je l’ai regardé et je lui ai dit “bordel qu’est ce que j’aimerais monter un espace de coworking ! Changer de métier, oublier la communication et créer un lieu unique”. Sa réponse a été complètement folle : “ALLONS Y !” et il était tout à fait sérieux !

Voilà 4 ans, presque jour pour jour, que le projet de l’Archipel a vu le jour. L’histoire n’est pas un long fleuve tranquille. J’ai connu des moments de doute, des “mini-dépressions” dû à la difficulté d’être entrepreneur en France mais c’est une des plus belles aventures humaine que j’ai pu vivre dans ma vie. C’est aussi une aventure personnelle car les différentes étapes de l’entrepreneuriat permettent d’apprendre à se connaître. L’être humain est tellement capable de faire des miracles avec trois fois rien ! J’ai mis le pied là-dedans alors que je ne savais même pas comment gérer une entreprise 🙂 Comme quoi : les miracles existent !

Aujourd’hui, je vis au Canada. Je continue à développer l’Archipel avec mes associés malgré la distance. J’apprends à écouter mon corps, mes envies. À me connecter le plus souvent possible à la nature qui est une source d’énergie. J’ai repris en parallèle mon métier dans la communication. Il m’aura fallu 4 ans pour pouvoir entendre à nouveau le mot “site internet” sans qu’une réaction physique ne se manifeste pas. J’ai renoncé à mes heures supplémentaires, je gagne moins d’argent, j’ai une vie des plus simple mais je peux le dire : JE SUIS HEUREUSE car j’ai su trouver un équilibre.

Ce burn-out a été la plus belle chose qui me soit arrivée. Car j’ai connu la “mort psychique” pour pouvoir renaître tel le phœnix. Je ne vous souhaite pas de passer par cette étape mais ECOUTEZ-VOUS. Surtout votre corps car il vous parle. Toutes les douleurs qui se manifestent sont juste une expression de votre inconscient. Si je peux vous conseiller une très bonne lecture : Le grand dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel vous risquez d’être surpris de connaître la cause de votre douleur à l’épaule 😁 ou pourquoi vous vous êtes cassé le pied.

Comme je dis toujours : rien n’arrive par hasard ! Si le hasard est devant vous c’est qu’il était sur votre chemin et qu’il vous donne une leçon de vie. À vous de déchiffrer son message ❤

 

Comments (4)

  1. Fanny

    Bonjour Virginie, mis à part le voyage, j’ai l’impression que tu racontes mon histoire…
    C’est vraiment douloureux cette chute sans filet… J’ai comme toi voulu rebondir mais la seconde dégringolade fut terrible.
    La comptabilité, la gestion de projet, ce n’est définitivement plus pour moi.
    LA NATURE nous rappelle…
    Demain, je serai paysanne dans le Gers et je suis heureuse.
    Merci pour ton témoignage
    À bientôt
    Fanny

    1. Virginie

      Merci Fanny !
      Vive le retour à nos vraies valeurs et à l’écoute de notre cœur.
      On aura peut-être une vie plus “simple” mais tellement plus heureuse.
      Belle aventure dans le Gers, si cher à mon coeur <3
      Virginie

  2. Phi

    Très beau témoignage Virginie. Merci pour ce partage émouvant et inspirant. Je remercie la vie d’avoir croisé nos chemins et de pouvoir te côtoyer à tous les jours 🙂

    1. Virginie

      Rhoooo merci ^^
      Tu sais qu’on a encore pleins de belles choses à faire ensemble 🙂

Postes un commentaire